Club Sénégal

  • Chef de l’Etat : Macky Sall
  • Population : 15,7 millions d’habitants
  • Capitale : Dakar
  • Monnaie : Franc CFA
  • Superficie : 196 722 km²
  • PIB : 14,6 milliards USD en 2016
  • Taux de chômage urbain : 25,6 % en 2010
  • Taux d’inflation : 2% en 2016
Situation économique

Avec une population de 14,12 millions d’habitants et un PIB de 14,6 Mds $ en 2016, le Sénégal est la deuxième économie en Afrique de l’Ouest francophone derrière la Côte d’Ivoire. Toutefois, le pays enregistre de faibles performances en matière d’indicateurs de développement humain : il est 154ème sur 187 pays au classement PNUD et plus de la moitié de la population vit avec moins de 2 $ par jour.

Le Sénégal est l’un des pays qui ont des résultats macroéconomiques solides : la croissance de l’économie Sénégalaise a atteint 6.5% en 2015 et ensuite 6.6% e, 2016, ce qui nous montre une certaine évolution positive. Le Sénégal est classé 4ème parmi les pays les plus dynamiques en Afrique subsaharienne. Le secteur primaire a enregistré une expansion de 18% en 2015, doté par l’agriculture et la pêche, et a continué à progresser de 10% en 2016. Dans le secteur agricole, en particulier, cette évolution s’explique par les très bons résultats obtenus dans des secteurs faisant l’objet de programmes publics ciblés (les arachides, le riz et l’horiculture).

Commerce extérieur

Les échanges commerciaux sénégalais ont progressé en 2017 pour s’établir à 5202 mds FCFA (soit 7,8 mds EUR), en augmentation de 19,6% par rapport à l’année 2016. Cette progression est le résultat combiné d’une conjoncture internationale favorable, qui a permis une hausse des exportations (+8,39%) et d’une demande intérieure très forte qui tire les importations (+18,77%). L’année 2017 s’achève donc avec une forte augmentation du déficit commercial (+27,6%). L’Europe s’affirme comme le premier fournisseur du Sénégal, tandis que les pays du continent africain confirment leur progression. A l’inverse, l’Afrique est la première destination des exportations sénégalaises, traduisant le poids du continent dans le développement du pays.

Principaux secteurs d'activité

Le secteur primaire (16,2% du PIB, 50% de la population active) demeure particulièrement exposé aux aléas climatiques et à la volatilité des cours mondiaux des matières premières. Les autorités souhaitent développer l’activité agricole le long du fleuve Sénégal qui abrite déjà la culture de la canne à sucre, en vue d’accroître la production de riz pour devenir autosuffisantes et d’intensifier les cultures maraichères destinées à la consommation nationale ou à l’exportation.
Le secteur secondaire (23,5% du PIB) repose essentiellement sur les mines d’or, les phosphates, le ciment, l’agroalimentaire et le BTP. Les récentes découvertes de champs pétrolifères et gaziers devraient accroître ce pourcentage dans un futur proche.
Les activités tertiaires (60,2% du PIB, service public inclus pour 20%), au sein desquelles les télécommunications occupent une place prépondérante, restent fortement dominées par le secteur informel.

Les phosphates représentent la 1ère richesse du pays 2 millions de tonnes produites par an 80 milliards de FCFA de recettes en 2015.
Le Sénégal a attiré plus de 1 600 000 touristes en 2015. Le secteur du tourisme représente 465,9 milliards de FCFA de recettes en 2016, 6,3% du PIB et environ 200 000 emplois directs.
Présence française au Sénégal

La France est le 1er client européen du Sénégal et son 4e client mondial, derrière le Mali, la Suisse et les Emirats Arabes Unis. Les achats français, dominés par l’agroalimentaire qui représente les 2/3 du total,et notamment les produits de la mer, ont reculé de 9% pour s’établir à 84 M€.

La France est également son premier fournisseur avec environ 18% de part de marché, loin devant le Nigéria (9%) et la Chine (8%). Le Sénégal est le 4e client de la France en Afrique de l’Ouest, après le Nigéria, la Côte d’Ivoire et le Togo. Les exportations françaises se sont élevées à 726 M€ (+3% par rapport à 2013), tirées par les bonnes performances des céréales (14% du total), des médicaments (13%), des produits pétroliers raffinés (7% du total), et le tabac (6%).

Pour 2014, le stock global d’IDE (Investissement direct à l’étranger) est estimé à 2 699 M$, les flux entrants à 343M$, et les flux sortants à 37 M$. La France maintient sa place de premier investisseur au Sénégal, avec un stock d’IDE de 1 752M€ fin 2013. En juillet 2015 le stock d’investissement français dans ce pays s’élevait 1 989 millions €. Cette présence s’appuie sur une centaine de filiales (grandes entreprises mais également PME). « Notre influence en matière économique peut aussi compter sur un nombre équivalent d’entreprises de droit local appartenant à des ressortissants français, présentes dans des secteurs variés (chaudronnerie,
distribution, agroalimentaire) », indique le service économique de l’ambassade de France. Ces entreprises emploient environ 15 000 personnes, également réparties entre les filiales françaises et les sociétés détenues par des ressortissants français, sur les 150 000 employés du secteur privé couverts parles organismes sociaux au Sénégal ; soit plus de 10 % de l’emploi formel, précise la même source.

En matière agricole, la Compagnie Fruitière, le groupe Castel ou encore la Compagnie Sucrière sénégalaise sont installés depuis longtemps. Lesieur/Sofi proteol a acquis une unité de raffinage d’huile de table et la Compagnie Agricole de Saint Louis (CASL) développe une activité rizicole dans le delta du fleuve Sénégal. Dans le secteur du ciment, Vicat (SOCOCIM) et les Ciments du Sahel, assurent la majorité de la production sénégalaise. Eramet, dans le secteur minier, s’est engagé en 2012 dans l’exploitation de sables titanifères, en association avec l’australien Mineral Déposit.

Dans le secteur du BTP, c’est principalement Eiffage qui assure une présence française au Sénégal, depuis 1926. L’entreprise est à l’origine de la première concession autoroutière du pays en cours de réalisation, sur la base d’un Partenariat public-privé (PPP) d’un montant de 200 M€. Vinci est également présent via sa filiale Sogea/Satom. Présent depuis 1954, Total est le premier distributeur de carburants au Sénégal avec plus de 140 stations (40 % de parts de marché) et dispose également de participations dans Senstock, centre monopolistique
de stockage d’hydrocarbures, et dans la Société Africaine de Raffinage.

Dans le domaine aérien, Air France et Corsair opèrent des rotations régulières à destination de Dakar. Selon des informations obtenues parle quotidien Le Soir, Corsair réalise plus de 25 milliards de chiffre d’affaires sur la ligne Dakar-Paris-Dakar. Dans la logistique et le transport CMA-CGM opère au Sénégal.

Accords politiques

Le Sénégal est Membre de l’OMC depuis le 1er janvier 1995 et Membre du GATT depuis le 27 septembre 1963.

Sources

> France Diplomatie – Ministère de l’Europe et des Affaires Etrangères

> La Maison de l’Afrique

Documentation utile sur le Sénégal